Comment garder son sang-froid lors de polémiques islamophobes

Récemment, j’ai partagé ici des pistes de réflexion pour réagir de manière efficace lorsque l’actualité est très négative. Ce billet en est une continuité, puisque je me rends compte que canaliser son énergie et ses nerfs c’est bien, mais conserver sa sérénité, c’est mieux. Sans vouloir dépolitiser la question de l’actualité, voici quelques idées pour ne pas perdre espoir. 

  • Bien se renseigner sur le fonctionnement des institutions et des médias avant de paniquer

En effet, ce n’est pas parce qu’une polémique ou un débat est lancé, que nous perdrons forcément des droits (même si le risque zéro n’existe pas). Y compris lorsqu’il s’agit d’un projet ou d’une proposition de loi (souvent liberticide et/ou islamophobe). Les débats publics ont un impact sur nos quotidiens, mais ils ne suffisent pas à faire une loi, et encore moins à l’appliquer. D’où l’intérêt de bien connaître le fonctionnement de nos institutions.

  • Partager les informations-rappels sur ce fonctionnement

Il est de notre responsabilité collective d’apaiser les siens quand on en a la possibilité. Quand on voit que tout le monde panique et que l’on sait qu’il n’y pas forcément de raisons de le faire, il est important de le faire. Nous souffrons suffisamment de ces polémiques pour y rajouter des angoisses inutiles.

 

  • Se souvenir que si le racisme structurel présent dans la société alimente l’idéologie d’extrême-droite, le reste de la classe politique fonctionne différemment

Oui, il y a des actes et propos racistes, lois racistes votées, et crimes policiers impunis même sans extrême-droite au pouvoir. Oui, historiquement,, le reste de la classe politique n’est pas innocente dans la colonisation et l’esclavage. Mais non, l’extrême-droite et le reste de la politique, ce n’est pas la même chose. Le rapport à la démocratie et aux libertés individuelles demeure différent dans le reste de la classe politique par rapport à l’extrême-droite, même si le racisme structurel nous touche aussi violemment d’où qu’il vienne. Cependant, comparer nos dirigeants à l’extrême-droite n’est pas forcément pertinent : dans un cas nous avons encore des leviers pour rendre le rapport de forces favorable à nos causes, dans l’autre c’est très compromis.

  • Sortir de son cercle virtuel et discuter avec des personnes hors-champ militant

Ce peut-être effrayant, car on risque de s’exposer à de l’islamophobie, et on n’en a pas toujours la force. Cependant, lorsqu’on peut se le permettre, rencontrer et discuter avec des personnes hors cadre politique et qu’on ne connait pas forcément, ouvre de nombreuses possibilités ; on peut se découvrir des intérêts communs, malgré les désaccords, voire mieux, tisser des liens sociaux. C’est aussi l’occasion d’échapper à l’aspect anxiogène existant parfois avec les réseaux sociaux.

  • Miser sur l’engagement associatif

Bien que le milieu associatif ne soit pas imperméable à la politique, il peut fonctionner différemment, c’est-à-dire au-delà des clivages. Ainsi, le tissu associatif local reste le meilleur moyen de construire du lien avec les autres autour d’intérêts communs, et offre également un terrain favorable à l’éducation populaire.

Finalement, nous avons autant à perdre lorsque nous nous agitons dès lors qu’un débat raciste est lancé par l’extrême-droite ou par les institutions que lorsque nous nous limitons à de la réaction justifiée. Il est donc nécessaire de mettre à disposition des outils permettant à chacun de décrypter l’actualité, de croiser toutes les informations, afin d’avoir une perception de l’actualité plus proche de la vérité, et donc de véritables axes de travail. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s